Je me souviens

Je me souviens

 

je-me-souviens

Quand je regarde ma fille sur cette photo, je me vois moi au même âge et je me souviens
Je me souviens lorsque à 6 ans une nouvelle vie pour ma mère et moi commencait. Nous emménagions dans ce nouvel appartement plus grand avec ma propre chambre et surtout une vraie salle de bain, pièce que je n’avais jamais connu avant.
Un appartement dans un immeuble entouré d’espaces verts et jeux pour enfants. Une nouvelle vie plus agréable à venir.
Et pourtant, je me souviens que malgré la joie d’avoir enfin un lieu de vie plus agréable je n’arrivais pas à oublier l’ancien.
Je me souviens de ce vieil immeuble en pierre avec à gauche de l’entrée principale un garage de voiture ou bruits de tôles et odeurs d’essence faisaient parti de notre quotidien. Une entrée avec plusieurs boîtes aux lettres en métal qui étaient aussi vieilles que la batisse.
Je me souviens de l’escalier en bois avec sa rampe en bois qui menait aux différents étages et qui craquait à chacun de nos pas.
Je me souviens de ce dernier étage avec ce long couloir ou j’y passait des heures à jouer avec Marie, la fille de la voisine. J’en reviens pas que je me souvienne encore de son prénom.
Je me souviens de la porte d’entrée de cet ancien appartement et du petit vestibule lorsqu’on ouvrait la porte.
Je me souviens de ces deux pièces qui nous servaient de lieu de vie, une cuisine et un salon. Des pièces qui m’ont toujours parues immenses avec mes yeux d’enfant.
Je me souviens de la fenêtre de la cuisine près de l’évier ou j’y restais de long moments à regarder les voitures passer sur cette route passante et de l’autre côté de cette même route un grand fleuve de la région. Collé à cette fenêtre un vieux pont de fer qui faisait un vacarme à en réveiller les morts à chaque fois qu’un train passait et des trains il en passaient souvent.
Pourtant je ne me souviens pas de ce vacarme infernal, je ne me souviens pas non plus de l’inconfort, du froid, de l’humidité et tous les autres désagréments d’un très vieil immeuble pas du tout entretenu.
Je me souviens juste y avoir passé six merveilleuses années avec ma mère et mon père. Mon père, cet homme dont je ne parle jamais et qui malheureusement n’a pas pu connaître notre nouveau chez nous.
Longtemps après notre déménagement l’ancien logement me manquait terriblement et je disais à ma mère que je rêvais d’y retourner juste pour une nuit et je jalousais les nouveaux occupants. C’est fou, avoir enfin la chance de vivre dans un endroit agréable et toujours penser à cette vielle boite qui nous servait de maison. Mais cette vieille boite je l’aimais de toute mes forces car nous y vivions à trois, ma mère, mon père et moi et ces souvenirs là je les aime encore et toujours. Je ne vois pas d’autre raison d’y être autant attachée.
Je me souviens de tout ces moments parfois difficiles mais aussi heureux de notre vie à trois. Une vie que j’aimais tant dans cet endroit si inconfortable simplement parce que j’y vivais encore avec mes deux parents. Et pour cette unique raison cet appartement était pour moi le plus beau de tous.

Je me souviens…

C’était mon Défi du Jeudi pour Sysyinthecity et MaCyMa.

Article lu 34 fois.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 thoughts on “Je me souviens

    1. J’ai écrit avec le coeur et mes souvenirs d’une seule traite et j’avoue ça m’a fait du bien et je pensais pas provoquer de l’émotion avec mes vieux souvenirs. Merci à toi

  1. ça me fait penser à la description de la petite pièce louée par les parents d’Henri Verneuil dans Mayrig, où ils vivaient à 5, avec ses parents et les 2 soeurs de sa mère … quand l’amour est là, finalement, le reste compte peu !

  2. C’est très beau et touchant.
    Tu as 1000 fois raison, les souvenirs de l’enfance passent par les 4 sens, et le bonheur de l’enfance c’est beaucoup plus simple que les critères objectifs que les adultes y posent.
    Bises

Laisser un commentaire